Contexte

Au Burkina Faso, les statiques sur les affections oculaires chez les enfants sont peu disponibles et quasiment pas mis à jour. Les structures publiques de santé n'ont pas suffisamment de moyens pour mener des campagnes de dépistage précoce et de prévention des affections oculaires notamment au profit des enfants. Plusieurs écoles sont obligées de refuser des enfants souffrant de déficience visuelle sévère ou de cécité, faute de ressources humaines, financières et matérielles adéquates à leur prise en charge (un enfant aveugle ou malvoyant n’a presque aucun espoir d’aller à l’école dans le pays). L’ensemble de ces éléments démontre une faible prise en compte de cette tranche de la population en matière de santé oculaire dans le pays.  

 

Projet soutenu

La santé oculaire particulièrement chez les enfants, fait face à plusieurs défis au Burkina Faso. Consciente de cet état de fait, l’association Asmae en collaboration avec l’Union Nationale des Associations Burkinabé pour la Promotion des Aveugles et des Malvoyants (UN-ABPAM), a initié en 2019 le projet Grandir ensemble pour une meilleure insertion des enfants de 3 à 6 ans ayant une déficience visuelle dans l’arrondissement 2 de Ouagadougou. 

Le projet Grandir ensemble propose une approche multi-sectorielle et pluri-acteurs (institutionnels, société civile, Organisations Non-Gouvernementales Internationales) pour développer un dispositif de prise en charge globale des enfants déficients visuels de 3 à 6 ans. Il comprend 4 axes prioritaires : amélioration de l’accès et de la qualité des soins oculaires, amélioration de l’accès et de la qualité de l’inclusion préscolaire, amélioration de l’accompagnement social, amélioration de la synergie d’actions en santé oculaire, éducation inclusive et l’accompagnement social de l’enfant et de sa famille. 

L’amélioration de l’accès et de la qualité des soins oculaires constitue le principal axe soutenu par la Fondation L’OCCITANE dans le cadre de sa collaboration avec Asmae. Il consiste à :

  • Renforcer les capacités du personnel médical du Centre national de lutte contre la cécité (CNLC), à soutenir son fonctionnement et à renforcer ses équipements,
  • Appuyer l’organisation de campagnes d’information et de sensibilisation communautaire,
  • Soutenir des campagnes de dépistage précoce des affections oculaires,
  • Accompagner et à suivre le référencement des enfants dépistés vers le CNLC pour une meilleure prise en charge et orientation selon les cas. 

Quelques chiffres

Budget 40 000 euros

Résultats 10 623 bénéficiaires

Témoignages

"On remarque dans le lot du matériel qu’il y’a une partie du matériel qui concerne le projet grandir ensemble et puis il y’a les produits pour le volet Covid-19rc qui sont aussi  pris en compte. En tout cas nous vous remercions pour ce don qui nous sera très utile pour la prise en charge de nos patients. Il va aussi alléger la souffrance du CNLC parce qu’il y’a juste quelques jours, on parlait justement des verres à essais, qui sont là et qui sont tout dépolis et avec lesquels on voit à peine. Donc, c’est vraiment un soulagement, ce matériel vient à point pour suppléer au matériel qui est déjà très obsolète au niveau du CNLC.
On souhaite bon vent au projet, on est déjà en collaboration, c’est notre projet commun ! On souhaite bon courage au CNLC dans la prise en charge de ses patients et que tout aille pour le mieux pour nos malades et pour le Burkina Faso. Je vous remercie Asmae et ses partenaires qui ont contribué pour que ce don nous parvienne.” 

Dr Marie Emmanuelle ZOURE, Directrice de la Prévention et du Contrôle des Maladies non transmissible (DPCM), direction à laquelle est rattaché le Centre National de Lutte contre la Cécité (CNLC)

ASMAE_Dr ZOURE

« Ce projet nous a apporté beaucoup de choses ; notamment avec le renforcement de notre dispositif matériel technique pour les consultations. En dehors de cela, il faut dire que le projet nous a permis d’avoir une certaine expérience d’aller vers les enfants pour faire des consultations, des dépistages. Je suis très content d’avoir mené cette expérience. Il est important pour ces tranches d’âges d’enfants d’avoir une bonne vision ; parce que la vision participe à presque 85% de l’apprentissage cognitif. C’est une très bonne chose de pouvoir aller vers la cible, c’est édifiant. On applique le principe même de la médecine - Il vaut mieux prévenir que guérir. »

Dr. Sankara

ASMAE - Dr Sankara