Contexte

Au Burkina Faso, un des défis majeurs1 est de créer des emplois et des opportunités de revenus pour aider une population en croissance rapide à échapper à la pauvreté. Cependant, les formations ne sont pas accessibles à tous au Burkina Faso. 71% de la main d’œuvre potentielle n’est ni instruite ni alphabétisée. En ce qui concerne les femmes, 78% d’entre elles n’ont reçu aucune formation. Ce constat est encore plus important dans les milieux ruraux où l’accès aux opportunités de formation est très restreint. Seulement 1.5% des jeunes a bénéficié d’enseignement et de formation technique et professionnel (EFTP). 

1Etude sur l’état des lieux et la problématique de l’emploi des jeunes au Burkina Faso du SPONG (Secrétariat Permanent des Organisations Non Gouvernementales) - 2014

 

Projet soutenu

La Fondation L’OCCITANE soutient le programme « Etincelles » de l’ONG Empow’Her. Ce programme s’adresse à des femmes de 18 à 35 ans vivant en milieu rural. L’objectif est de leur permettre d’accéder à des formations professionnelles et d’entrepreneuriat. Ces femmes seront formées à des métiers porteurs et innovants alignés avec les réalités des zones cibles et les besoins et ambitions des femmes bénéficiaires du programme. En plus d’une formation technique aux métiers choisis, les femmes les plus entreprenantes et dynamiques recevront des formations à l’entrepreneuriat et un accompagnement individuel pour leur projet.

Quelques chiffres

L’objectif est de former 40 femmes des Provinces de la Comoé, du Houet, du Sanguié et de la Sissili au Burkina Faso. Ces formations leur permettront par la suite d’évoluer dans des secteurs d’activité porteurs pour concrétiser leurs projets entrepreneuriaux. 

Budget 99 841 euros

Objectif 40 femmes soutenues

Témoignage

Martine Diasso, couturière 

"Le Centre NASMODE, m’a vraiment beaucoup plu, tout est mis en œuvre pour qu’on apprenne bien. J’ai appris de nouvelles techniques, je sais maintenant faire le tracé (dessiner le patron), je sais faire les vestes hommes et femmes, peu de couturiers savent faire cela dans ma zone et j’ai aussi apprécié le cours sur l’organisation du travail, en tant que couturière nous avons souvent des problèmes pour tenir les délais et les conseils qu’on nous a donné vont aider à bien faire le travail dans les temps. Cette formation est de bonne qualité et cela ne me dérange pas de quitter Léo, mon atelier et ma famille pour pouvoir avoir le savoir.
Tous ces enseignements vont me permettre de bien développer mon activité et mon projet. Je souhaite agrandir mon atelier et le transformer en un centre de couture avec tous ces services annexes tels que la broderie, la teinture le tissage.  Il est très rare de trouver ces services au même endroit et cela sera possible à Léo." 

Formations professionnelles des femmes de zones rurales du Burkina Faso