Contexte

Au Burkina Faso, l’autonomie financière des femmes est clé pour le développement socio-économique des communautés les plus pauvres. Cependant, les femmes n’ont pas toutes accès à la formation et encore moins à un capital leur permettant de développer leurs activités. C’est le cas des femmes productrices de beurre de Karité, partenaires historiques de L’OCCITANE. Leur activité de production est trop irrégulière pour leur permettre de dégager un revenu stable pour elles et leur famille.

 

Projet soutenu

Dans ce contexte, la Fondation L’OCCITANE soutient le projet d’Entrepreneurs du Monde (EDM) pour promouvoir l’autosuffisance et l’esprit entrepreneurial des femmes. Ce projet allie formation et accès à au microcrédit pour permettre aux femmes les plus démunies de financer des activités génératrices de revenus complémentaires. Il contribue ainsi fortement à la réduction des inégalités. Pour les femmes, l’accès au crédit, au contrôle des ressources et à des connaissances en entrepreneuriat, conduisent à une plus grande autonomie et reconnaissance dans leur famille et communauté.

Quelques chiffres

L’objectif est de permettre aux productrices de karité d’avoir un accès permanent à des services financiers et socio-économiques adaptés à leurs besoins. À long terme, l’objectif est d’améliorer les conditions de vie des femmes vivant en zone rurale au Burkina Faso. Le budget alloué au projet cette année est de 210 183 €.

Budget 2019 210 183 euros

Historique

Projet soutenu depuis 2009

Budget total 1 115 449 euros

Objectif total 18 513 femmes soutenues

La Fondation L’OCCITANE soutient le projet de microfinance développé par l’association EDM depuis 2009. Ce projet est parti d’un souhait formulé par les femmes des unions karité de développer des activités complémentaires au karité et d’augmenter ainsi leur revenu*

Le projet au départ classique, a été plusieurs fois recadré pour aboutir aujourd’hui à un projet plus adapté aux besoins et aux réalités des femmes rurales : 
-       Le taux d’intérêt a été revu pour être moins contraignant pour les bénéficiaires 
-       La période de mise à disposition et la durée des crédits ont été rendus plus flexibles 
-       Différents types de crédits ont été mis en place et corrélés à des formations spécifiques (ex : le crédit agricole)

Ce projet a d’abord été développé au profit de 600 productrices de karité au Burkina, puis ouvert à d’autres femmes vivant en milieu rural qui en exprimaient le besoin. Aujourd'hui ce sont plus de 15 000 femmes des provinces du Houet, de la Sissili, du Ziro, du Sanguié, de la Bougouriba et des communes rurales de Tanghin-Dassouri et Pabré qui bénéficient des actions du projet. D'ici 2021, 18 513 femmes devraient bénéficier de microcrédits, de formations et d’appui-conseil pour développer efficacement leurs activités génératrices de revenus. 

* Selon le rapport PPI 2015, plus de 80% des femmes enquêtées ont souhaité bénéficier des actions du projet 

Témoignage

"Je me suis battue pour être indépendante, pour réussir. Ma plus grande fierté aujourd'hui, c'est mon autonomie. Je gagne assez pour être indépendante financièrement. Je veux maintenant acheter un local pour vendre mes gâteaux, acheter les parcelles voisines abadonnées pour la culture de l'oignon et continuer à accompagner mes enfants dans leurs études. Je veux leur offrir ce que je n'ai pas pu avoir."

Assetou, une bénéficiaire

Assetou